bread crumps
53e anniversaire de l’indépendance du Burkina : La nation reconnaissante à ses vaillants fils et filles
 
A la veille de la célébration de la fête nationale de l’indépendance, la nation burkinabè reconnait les mérites de ses fils et filles. Ce 09 décembre 2013, ils sont au total 985 récipiendaires distingués, soit dans l’ordre national, soit dans l’ordre du mérite burkinabè. En présence du chef de l’Etat, ils ont pu arborer fièrement leur médaille. Tous reconnaissent qu’il s’agit, certes, d’une récompense pour le travail bien fait, mais aussi et surtout une invite à persévérer.

Dans la catégorie ordre national, ils sont 399 récipiendaires répartis en commandeur, officier et chevalier. Au grade de commandeur de l’ordre national, on pourrait citer, entre autres, François Compaoré, le Général Gilbert Diendéré, le colonel-major Boureima Kéré… et une quinzaine de ministres et de présidents d’institutions. Les officiers de l’ordre national sont au nombre de 100, et les chevaliers de l’ordre national 272. La catégorie Ordre du mérite burkinabè constitue le plus gros lot, soit 586 récipiendaires.

« Je crois qu’il est normal que chaque année, en ce moment précis, unique pour notre nation, nous puissions nous retrouver autour de ces valeureux hommes et femmes qui ont mérité de la nation », soutient le président du Faso. « L’indépendance, ce n’est pas seulement la proclamation, c’est aussi un comportement collectif pour être digne de la nation, pour mériter de la nation », souligne Blaise Compaoré. Avant de féliciter ces hommes et ces femmes qui ont « agi conformément aux indices que nous souhaitons pour notre société dans le fonctionnement et dans le traitement de toutes les questions sociales, économiques, politiques ». « Il faut avoir à l’esprit que nous sommes dans une communauté nationale qui a besoin d’hommes et de femmes qui croient en cette société, en cette communauté », conseille-t-il aux heureux récipiendaires.

Une invite à s’investir davantage

C’est donc dire que cette distinction n’est pas qu’une simple récompense. C’est aussi une lourde responsabilité. « Une invite à mieux faire, à faire davantage ». « Vous avez bien travaillé, on attend encore beaucoup de vous (…) Quand vous vous occupez du secteur de la jeunesse, vous savez qu’il y a beaucoup à faire », c’est ainsi que Basga Emile Dialla, Ministre de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’emploi interprète sa distinction de Commandeur de l’ordre national. Une distinction qu’il dédie à sa famille, à ses collaborateurs et à toute la jeunesse burkinabè dont il a la charge en tant que ministre de la jeunesse.

Autre personnalité distinguée : Kader Roger Cissé, Directeur général d’Africom. Un jeune qui dit se battre pour trouver sa place au soleil. « Avoir une distinction de ce niveau ne peut que me faire plaisir et me pousser encore à me battre un peu plus, en demandant aussi à des jeunes de mon âge de faire plus que moi pour pouvoir obtenir plus que moi parce que c’est ainsi qu’on pourra apporter notre contribution au développement du Burkina Faso », lance-t-il. Il invite par ailleurs les jeunes burkinabè à se battre honnêtement et surtout ne jamais se décourager.

« Si j’ai cette chance aujourd’hui, il y en a d’autres qui auront plus que moi. Je leur dit de ne pas baisser les bras et de ne pas écouter ce qu’on peut leur dire, mais il faut qu’on les juge par rapport à ce qu’ils sont et sur leur travail », poursuit M. Cissé qui pourrait être qualifié d’exemple de réussite.

Le DG des douanes fait officier de l’ordre national

On le sait, la douane permet de mobiliser des centaines de milliards de francs CFA au profit du budget national, chaque année. De ce fait, le Directeur général des douanes ne pouvait être oublié lorsque vient le moment des récompenses. Ainsi, Kuilbila Jean Silvestre Sam a été fait officier de l’ordre national pour avoir accompli au mieux la mission à lui confiée. « A travers ma modeste personne, c’est tous les agents de la douane qui sont honorés. Je profite pour dédier cette médaille au personnel de l’administration des douanes, en les invitant à redoubler d’efforts parce qu’en même temps qu’on reconnait le travail bien accompli, c’est également une invite à mieux travailler pour atteindre les objectifs qui nous sont assignés chaque année. Bravo à tous les agents », affirme le directeur général des douanes, Kuilbila Jean Silvestre Sam.

Les travailleurs de l’ombre n’ont pas été oubliés dans les récompenses. En plus des ministres et autres directeurs généraux, d’autres agents de grade et de fonctions modestes ont été honorés. Parmi ceux-ci, on pourrait citer madame Larba Chantal Zongo/Ouédraogo, employé à la Loterie nationale du Burkina (LONAB). Elle a été faite chevalier de l’ordre de mérite burkinabè. Et, elle en est très fière. « Je suis très contente. Je dédie cette médaille à mon mari et à mes enfants. Je remercie le président du Faso et mes collaborateurs qui m’ont soutenu. Je pense que c’est une invite à ne pas reculer et à persévérer davantage ».

Depuis le 1er janvier au 09 décembre 2013, c’est au total 5396 burkinabè qui ont vu leurs efforts reconnus par des décorations. Le nombre va sans doute croitre d’ici à la fin du mois de décembre. Donc, d’autres Burkinabè peuvent encore rêver.


Moussa Diallo
Lefaso.net