bread crumps
Situation nationale : le CDP prépare son congrès
Le CDP (congrès pour la démocratie et le progrès) renait de ses cendres. Passée la période trouble de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre derniers, l’ex-parti au pouvoir va rassembler ses militants les 9 et 10 mai prochains afin de définir les nouvelles orientations du parti. Bilans des activités du parti, du quinquennat et les questions seront au menu du Congrès.

Pour préparer cette grand-messe post-insurrectionnelle, les membres du Bureau politique national ont tenu dans la journée du dimanche 3 mai leur 54e session. Les nouveaux patrons du parti, Léonce Koné, président du directoire, Naboho Kanidoua, secrétaire chargé de l’Orientation politique ont pu donner les directives entrant dans le cadre de l’organisation du congrès. « L’objet principal de cette réunion était de discuter avec les membres du BPN de la préparation du Congrès afin de nous assurer que tout se passera dans de bonnes conditions. Parce que nous voulons d’un congrès mobilisateur et de belle facture », a indiqué Léonce Koné.

Prévu pour se tenir les 9 et 10 octobre prochains, le congrès sera l’occasion pour le CDP de dresser dans complaisance le bilan de sa gestion du pouvoir durant ces cinq dernières années et aussi de parler des élections. « Nous allons leur donner l’ordre du jour du congrès qui comprend les thèmes sur lesquels nous allons débattre au Congrès. Nous ferons le bilan de l’activité du pari, le bilan du quinquennat pendant lequel notre parti a dirigé ce parti. Nous allons également parler des questions électorales et du renouvellement des instances du parti », a précisé le président du directoire. Pour marquer son retour sur la scène politique nationale, le CDP veut réussir le pari de la mobilisation : « Nous voulons une forte mobilisation et nous travaillons à cela ».

Le Code électoral fustigé


Au cours de la session du BPN, le secrétaire chargé de l’Orientation politique du CDP, Naboho Kanidoua a une fois de plus fustigé le Code électoral adopté le 7 avril par le Conseil national de la transition (CNT) et qui frappe d’inéligibilité ceux qui ont soutenu le projet de modification de la Constitution. Certains bonzes, actuellement en fuite, du CDP sont concernés par cette mesure. Pour cela, il a appelé à une autre relecture du Code afin de sauter cette mesure restrictive.

En rappel, après l’adoption du Nouveau code électoral, les partis de l’ex-majorité ont déposé un recours auprès du Conseil constitutionnel et la Cour de justice de la CEDEAO pour invalider le nouveau Code électoral. Depuis lors, les pro et anti nouveau Code électoral sont suspendus à la décision de ces deux juridictions.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net