bread crumps
la Banque mondiale va financer la construction d’une centrale thermique pour 80 à 100 millions de dollars
ENERGIE: 

En visite de travail au Burkina Faso, le vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique, le sénégalais Makhtar Diop, a annoncé une aide de 80 à 100 millions de dollars pour aider le pays à construire une centrale thermique de 50 mégawatts. Ce projet vise à réduire le déficit énergétique du pays évalué à 140 mégawatts.
La Banque mondiale compte financer la construction d’une centrale thermique de cinquante mégawatts au Burkina Faso, a annoncé le vice-président pour l’Afrique de l'institution à l’issue d’une visite de travail de 48 heures.


« Nous pensons allouer une enveloppe de 80 à 100 millions de dollars pour aider les autorités du pays à faire face au déficit énergétique », a précisé Makhtar Diop. Il n’a toutefois pas livré de détails techniques sur les modalités et la date de démarrage du projet.

Déficit électrique et croissance de la consommation

Le pays connaît un déficit électrique d’environ 140 mégawatts qui se traduit par des délestages récurrents alors que les besoins des 27% de la population ayant accès à l’électricité croissent en moyenne de 13 % l’an.
« Pour nous, l’énergie constitue un obstacle à la croissance du pays », a insisté Makhtar Diop, ajoutant avoir encouragé les nouvelles autorités à attirer également le secteur privé pour investir dans des unités de production d’électricité, sous la forme de partenariats publics privés. « Si on améliore la gouvernance de la Sonabel [la Société nationale d’électricité du Burkina], cela créera les conditions pour attirer les investisseurs», a-t-il indiqué.

Portefeuille de projets et appui budgétaire

Avec un portefeuille de projets [16 nationaux et 8 régionaux] évalués à plus d’un milliard de dollars, l’institution de Bretton Woods veut cibler enfin son aide sur des secteurs comme l’agriculture, l’accès à l’eau et à la santé ainsi que l’enseignement supérieur. Elle a déjà financé le pôle agro-industriel de Bagré à hauteur de 115 millions de dollars.

Enfin, Makhtar Diop n’exclut pas que la Banque alloue un appui budgétaire supplémentaire au pays une fois que le besoin de financement aura été évalué par le Fonds monétaire international (FMI). En 2015, la Banque mondiale avait déjà accordé au gouvernement de transition un appui budgétaire de 75 millions de dollars. Le total des engagements financiers de l’institution internationale en faveur du Burkina a atteint 1,2 milliard de dollars entre 2012 et 2015.

Nadoun Coulibaly/in. JEUNE AFRIQUE